Optimized by JPEGmini 3.14.12.71901706 0x8c1d0482

Retrouvez Bionatics au Salon des Maires 2022

Faites votre choix et inscrivez-vous !

A la suite du confinement, les salons professionnels auxquels participait Bionatics en 2020 ont été annulés puis reprogrammés en 2021. Parce que Bionatics considère que rien ne remplace une rencontre en présentiel, nous avons décidé de maintenir notre participation et nous nous organisons pour vous accueillir sur notre stand dans le strict respect des règles sanitaires en vigueur. 

Nous espérons avoir le plaisir de vous accueillir très prochainement à l’un des 4 évènements. Faites votre choix et inscrivez-vous !

22-24 Novembre 2022

Paris. Porte de Versailles

Hall 4 – Stand E81
Section Transformation Numérique

Accès gratuit

04-06 Octobre 2022

Toulouse. Palais des congrès

Stand G01

Accès gratuit

16-17 Novembre 2022

Strasbourg.
Palais des Congrès

Stand Bionatics Inexine 

23-24 Juin 2021

Paris. Porte de Versailles

Stand E30

Code d’invitation gratuite

EXH-VIS-556924

18 Février 2021

Paris. Palais d’Iéna

Stand partenaire UNAM

JY_Senant_vignette

Interview de Jean-Yves Sénant – Maire d’Antony

"La maquette numérique urbaine permet d’imaginer et d’anticiper"

Qu’est-ce qui a motivé la ville d’Antony à engager une démarche de maquette numérique urbaine ?

À l’image de nombreuses villes de la région Ile-de-France, Antony poursuit son développement, plusieurs projets d’aménagement sont actuellement en cours ou en projet. L’ambition politique pour un territoire est une chose, mais elle doit pouvoir être intelligible pour ses habitants. Notre volonté d’exprimer clairement ces projets de territoire auprès de la population, nous a conduit à développer un nouvel outil de communication. Un outil évolutif qui puisse à la fois être géré par nos services, mais aussi nous accompagner dans la prise de décisions.

Pouvez-vous nous expliquer comment la commune a mis en œuvre sa maquette numérique ?

La maquette numérique de la ville a été développée en 2017 par la société Bionatics à partir des données numériques qui coexistent sur notre territoire comme les données issues des services techniques de la ville, de l’IGN, du Conseil Départemental 92 ou de l’Open Data. Grâce à la mise en œuvre des technologies et du savoir-faire de Bionatics, nous avons pu disposer très rapidement d’une modélisation complète du territoire en 3 dimensions que nous avons ensuite enrichie progressivement au périmètre des quartiers dans lesquels nous avions des projets d’aménagement afin d’augmenter sa précision et son réalisme. Une démarche que nous poursuivons aujourd’hui puisque nous avions fait, dès le départ, le choix d’une approche qui soit graduelle pour limiter les coûts et qui soit aussi pérenne pour nous permettre de consolider nos investissements sur la durée.

Enfin, pour faciliter sa mise en œuvre dans les services techniques et répondre à nos besoins quotidiens, nous avons aussi fait le choix de devenir autonome en faisant l’acquisition d’une licence du logiciel LandSim3D Editor et en formant un agent compétent sur le logiciel dans la Direction du Développement Urbain et de l’Urbanisme. Les équipes de Bionatics restent à nos côtés pour assurer les tâches de maintenance ou de mise à jour les plus complexes de notre maquette.

Quels sont les bénéfices de cette maquette numérique dans la conception d’un nouveau quartier comme Jean Zay et dans le cadre des concours lancés par la ville ?

Grâce à cet outil, nous avons pu modéliser et intégrer les propositions des promoteurs (logements étudiants et accession) pour le futur quartier Jean Zay, ainsi que les équipements et espaces publics dont bénéficieront ses habitants. La puissance de cette maquette numérique est intéressante, car elle permet aux équipes techniques qui travaillent sur le projet d’assurer une cohérence et une continuité urbaine malgré la mutation de ce quartier historique, véritable trait d’union entre le centre-ville d’Antony et le magnifique Parc de Sceaux.

Pour nos services, et notamment au moment lors de la phase de concours de maitre d’œuvre, l’outil a été utilisé par notre jury. L’intégration dans la maquette numérique des 4 projets pressentis a permis de se rendre compte des volumes de chaque proposition. Les perspectives créées pour le projet permettent des projections multiples et variées (échelle piétonne, vue aérienne sous différents angles, « ballades » dans le futur quartier) et son accroche avec l’environnement urbain existant.

La ville d’Antony utilise également la maquette numérique pour piloter le développement du futur quartier Antonypole, pouvez-vous nous expliquer quels en sont les bénéfices pour la collectivité sur ce projet ?

Antonypole est effectivement un très grand projet pour notre ville. Bien qu’il en soit encore au stade des études de faisabilité ; il s’agit d’imaginer un quartier à usage mixte (habitats, équipements publics, activités commerciales et tertiaires) de près de 60 hectares, avec l’implantation d’une gare de Métro du Grand Paris Express. La maquette numérique peut permettre déjà d’imaginer et d’intégrer des volumétries des futurs bâtiments, de créer différents scénarios de flux, d’anticiper des problématiques d’usage que les plans, seuls, ne peuvent révéler.

La maquette numérique urbaine s’affirme comme une composante importante de la Smart City, puisqu’elle permet de modéliser la ville en intégrant un large panel de données sur son fonctionnement. Quel rôle la Smart City va-t-elle jouer demain selon vous dans les gestions des collectivités ? Quels bénéfices y voyez-vous, pour les collectivités, comme pour les citoyens ?

Si l’on considère que la smart city est un concept visant à se doter d’outils d’information et de communication pour améliorer la qualité de service urbain ou réduire leurs coûts, en un mot rendre l’action publique plus efficiente, alors oui la maquette numérique est l’outil indispensable dont devront se doter tous les acteurs publics.

Un outil d’aide à la décision aussi performant qui évolue en temps réel grâce aux données que vous avez-vous-même choisi d’intégrer, c’est formidable ! J’y vois déjà une meilleure compréhension des projets, entre promoteurs, aménageurs et collectivités. Ce gain de temps considérable se traduit également par des économies d’échelle non-négligeables, d’autant plus dans ces temps contraints budgétairement.

Cela permet aussi pour les décisionnaires de partager une vision programmative des aménagements urbains avec les habitants, chacun peut comprendre ainsi en fonction des évolutions des données recueillies, les nécessaires adaptations des projets envisagés. Deux exemples concrets me viennent à l’esprit : le réchauffement climatique, sujet dont nous nous sommes saisi dès la conception du nouveau quartier Jean Zay et notre volonté d’offrir des espaces de pleine terre et piétons pour ses futurs habitants. Pour Antonypole, le développement du télétravail suite à la pandémie va nécessairement modifier les modes de vie des habitants : circulation pendulaire, consommation… Notre action politique est d’autant plus efficace : notre intuition de ce que seront les futurs besoins des populations se nourrit désormais d’un outil numérique qui mesure factuellement en temps réel les évolutions sociétales. Et là, nous sommes dans la véritable ville intelligente : celle qui se dote d’outils technologiques qui permettent de conduire des politiques publiques au service des habitants, dans des coûts maîtrisés.

Urbanisme_Droite

Les aménageurs adoptent la maquette numérique urbaine. Pourquoi ?

Village Delage_1

          La maquette numérique à l’échelle urbaine offre un immense potentiel pour les aménageurs. Au cours des dix dernières années, grâce à l’évolution des technologies numériques, l’adoption du BIM par les architectes, l’enrichissement des données des collectivités et l’essor de l’Open Data, c’est toute la filière de l’aménagement qui s’est éveillée aux applications de la maquette numérique. Aujourd’hui, les retours d’expérience sont suffisamment nombreux pour en tirer des leçons concluantes.

          Les aménageurs, qu’ils soient publics ou privés, déplacent progressivement la démarche numérique 3D dès la phase amont des projets, au stade la planification. Ils ne se limitent plus aux simples maquettes 3D « jetables » dédiées exclusivement à la promotion des projets en phase de commercialisation. En élargissant les usages d’un outil uniquement dédié à la communication à un outil d’aide à la décision, ils accélèrent la réalisation de leurs opérations et améliorent leur retour sur investissement.

          Sous l’acronyme anglo-saxon du CIM (City Information Model), la maquette numérique développée à l’échelle urbaine offre un potentiel inégalé pour contextualiser un projet d’aménagement dans son environnement réel aux différents stades de sa conception et l’appréhender à toutes les échelles de la perception urbaine. Car la maquette numérique, avant d’en visualiser un résultat 3D, est avant tout une base de données sémantique composée d’objets paramétrés à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’un territoire qui permet d’accéder à une multitude d’informations sur les composantes de l’espace urbain : règles d’aménagement, contraintes légales, caractéristiques des bâtiments, des espaces verts, des voiries, des réseaux urbains…

          L’approche orientée objet permet d’agréger progressivement les informations du projet et de les partager tout au long de son cycle de vie, de la phase d’esquisse jusqu’à la phase de réalisation. Les informations caractéristiques des projets et les documentations techniques associées peuvent ainsi être rassemblées et synthétisées en un point unique. En d’autres termes, la maquette numérique renferme un véritable capital « numérique » du projet urbain.

          Un projet d’aménagement peut dès lors être conçu à partir d’un socle virtuel de l’espace urbain existant modélisé à partir de données fiables et précises. Une forme de « clone numérique » qui offre une excellente compréhension du projet d’aménagement et permet de confronter et vérifier les hypothèses de la conception. Partie immergée de l’iceberg, la visualisation 3D permet quant à elle de rapprocher experts techniques et décideurs autour d’un langage commun et d’une vision unique du projet compréhensible par tous. 

          Véritable outil de « conception partagée » des projets, la maquette numérique permet d’anticiper de nombreuses problématiques drastiques liées à la réalisation des opérations d’aménagement. Elle vont de l’intégration de nouvelles formes urbaines ou de nouvelles densités en lien avec l’environnement existant, à la concertation avec les riverains, ou encore à la confrontation des scenarii d’aménagement entre les acteurs du projet. Tous les acteurs du projet peuvent également venir l’enrichir et intégrer leur expertise métier : les ingénieurs VRD l’alimenteront par la voirie et les réseaux, les paysagistes, urbanistes et les architectes apporteront des éléments sur les espaces publics, le mobilier urbain et les végétaux, et les architectes ou promoteurs fourniront les maquettes de leurs bâtiments à construire sur chaque îlot sous une forme 3D ou BIM plus ou moins évoluée selon le stade de maturité du projet. A plus long terme, elle permettra aussi de simuler les impacts sur les mobilités, la consommation énergétique ou les coûts de gestion des sites après leur réalisation.

          Chaque expérience vécue montre que plus le projet est complexe, plus la modélisation 3D prend du sens et de la valeur dans la conception et la réalisation du projet d’aménagement : analyse de l’environnement, confrontation des contraintes légales, visualisation des risques, modélisation des intentions, vérification des hypothèses, comparaison des variantes, calcul des terrassements, vérification, cohérence et traçabilité des données, simulation des impacts… les avantages de la maquette numérique sont multiples et les applications multi-échelles. Elle fait donc gagner du temps en accélérant la réalisation des opérations d’aménagement par des prises de décision plus rapide avec les parties prenantes du projet (concepteurs, partenaires, instructeurs, élus, riverains, associations…).

          L’adoption de la maquette numérique passe inéluctablement par un bouleversement des pratiques habituelles de l’aménageur, et c’est bien sur ce point que certaines résistances persistent. Mais la tendance est là et son accélération est inéluctable.

          Travaillant depuis plus de 15 ans avec les principaux aménageurs du territoire français, publics et privés, j’en tire aujourd’hui la conviction que les freins ne sont pas techniques, organisationnels, ni même économiques. Ils sont principalement pédagogiques ! 

          Beaucoup d’aménageurs méconnaissent encore les enjeux et les atouts de la maquette numérique appliquée à l’aménagement urbain. Beaucoup ne savent pas comment la développer à l’échelle d’une opération d’aménagement, quelles sont les données à importer, les outils à acquérir et les ressources à mobilier. Mise à part l’évidente phase de communication du projet, ils ne maîtrisent pas encore l’éventail des applications et usages qu’ils pourront en faire dans leur quotidien. C’est donc un problème d’analyse de la valeur que comporte la maquette numérique. A valeur limitée, intérêt et enjeux sont réduits.

          Éduquer toute une profession sur des sujets aussi innovants et techniques que la maquette numérique demandera du temps et son développement passera également par une plus grande association des parties prenantes du projet aux processus de conception et une meilleur organisation de la profession. Mais pour ceux qui sont curieux, les visionnaires et les innovateurs, n’attendez-pas ! Formez-vous auprès des experts qui détiennent le savoir-faire et les bonnes pratiques puis outillez-vous ! La maquette numérique modifiera radicalement la perception que vous vous faisiez du projet urbain et changera votre quotidien.

thumbnail_20181205 - Salon des EPL-292

 

 



Stéphane GOURGOUT
Vice-Président/Co-fondateur – Bionatics s.a.

Copyright 2019 – Bionatics s.a. – Tous droits réservés

image_une_webinars

Replay : Comment piloter son projet urbain grâce à la maquette numérique ?

Les Enjeux : Les nouvelles règles d’aménagement nous obligent à relever de nouveaux défis dans la façon de concevoir la ville et son cadre de vie. Elus, concepteurs et décideurs doivent donc imaginer et s’engager sur de nouveau principes d’aménagement. Ce processus technique et complexe ne peut se faire sans outils d’analyse, d’aide à la décision et de pilotage du projet urbain à la hauteur des enjeux. Dans une tendance à la conception partagée de l’espace urbain, il pose également le problème de son mode présentation à la population.

Le Webinaire : Découvrez comment la maquette numérique à l’échelle urbaine peut vous aider à éclairer votre réflexion, mesurer l’impact de vos décisions, piloter votre projet durant toutes ses phases et améliorer le dialogue avec les citoyens.

Au Programme : 

  • Qu’est-ce qu’une maquette numérique à l’échelle urbaine ? 
  • A qui est-elle destinée ? 
  • Quelles sont les grands principes de sa mise en oeuvre 
  • Comment la gérer ? 
  • En quoi permet-elle d’améliorer le dialogue avec la population ?