< Retour aux articles

Les aménageurs adoptent la maquette numérique à l’échelle urbaine. Pourquoi ?

Village Delage_1

          La maquette numérique à l’échelle urbaine offre un immense potentiel pour les aménageurs. Au cours des dix dernières années, grâce à l’évolution des technologies numériques, l’adoption du BIM par les architectes, l’enrichissement des données des collectivités et l’essor de l’Open Data, c’est toute la filière de l’aménagement qui s’est éveillée aux applications de la maquette numérique. Aujourd’hui, les retours d’expérience sont suffisamment nombreux pour en tirer des leçons concluantes.

          Les aménageurs, qu’ils soient publics ou privés, déplacent progressivement la démarche numérique 3D dès la phase amont des projets, au stade la planification. Ils ne se limitent plus aux simples maquettes 3D « jetables » dédiées exclusivement à la promotion des projets en phase de commercialisation. En élargissant les usages d’un outil uniquement dédié à la communication à un outil d’aide à la décision, ils accélèrent la réalisation de leurs opérations et améliorent leur retour sur investissement.

          Sous l’acronyme anglo-saxon du CIM (City Information Model), la maquette numérique développée à l’échelle urbaine offre un potentiel inégalé pour contextualiser un projet d’aménagement dans son environnement réel aux différents stades de sa conception et l’appréhender à toutes les échelles de la perception urbaine. Car la maquette numérique, avant d’en visualiser un résultat 3D, est avant tout une base de données sémantique composée d’objets paramétrés à l’échelle d’un quartier, d’une ville ou d’un territoire qui permet d’accéder à une multitude d’informations sur les composantes de l’espace urbain : règles d’aménagement, contraintes légales, caractéristiques des bâtiments, des espaces verts, des voiries, des réseaux urbains…

          L’approche orientée objet permet d’agréger progressivement les informations du projet et de les partager tout au long de son cycle de vie, de la phase d’esquisse jusqu’à la phase de réalisation. Les informations caractéristiques des projets et les documentations techniques associées peuvent ainsi être rassemblées et synthétisées en un point unique. En d’autres termes, la maquette numérique renferme un véritable capital « numérique » du projet urbain.

          Un projet d’aménagement peut dès lors être conçu à partir d’un socle virtuel de l’espace urbain existant modélisé à partir de données fiables et précises. Une forme de « clone numérique » qui offre une excellente compréhension du projet d’aménagement et permet de confronter et vérifier les hypothèses de la conception. Partie immergée de l’iceberg, la visualisation 3D permet quant à elle de rapprocher experts techniques et décideurs autour d’un langage commun et d’une vision unique du projet compréhensible par tous. 

          Véritable outil de « conception partagée » des projets, la maquette numérique permet d’anticiper de nombreuses problématiques drastiques liées à la réalisation des opérations d’aménagement. Elle vont de l’intégration de nouvelles formes urbaines ou de nouvelles densités en lien avec l’environnement existant, à la concertation avec les riverains, ou encore à la confrontation des scenarii d’aménagement entre les acteurs du projet. Tous les acteurs du projet peuvent également venir l’enrichir et intégrer leur expertise métier : les ingénieurs VRD l’alimenteront par la voirie et les réseaux, les paysagistes, urbanistes et les architectes apporteront des éléments sur les espaces publics, le mobilier urbain et les végétaux, et les architectes ou promoteurs fourniront les maquettes de leurs bâtiments à construire sur chaque îlot sous une forme 3D ou BIM plus ou moins évoluée selon le stade de maturité du projet. A plus long terme, elle permettra aussi de simuler les impacts sur les mobilités, la consommation énergétique ou les coûts de gestion des sites après leur réalisation.

          Chaque expérience vécue montre que plus le projet est complexe, plus la modélisation 3D prend du sens et de la valeur dans la conception et la réalisation du projet d’aménagement : analyse de l’environnement, confrontation des contraintes légales, visualisation des risques, modélisation des intentions, vérification des hypothèses, comparaison des variantes, calcul des terrassements, vérification, cohérence et traçabilité des données, simulation des impacts… les avantages de la maquette numérique sont multiples et les applications multi-échelles. Elle fait donc gagner du temps en accélérant la réalisation des opérations d’aménagement par des prises de décision plus rapide avec les parties prenantes du projet (concepteurs, partenaires, instructeurs, élus, riverains, associations…).

          L’adoption de la maquette numérique passe inéluctablement par un bouleversement des pratiques habituelles de l’aménageur, et c’est bien sur ce point que certaines résistances persistent. Mais la tendance est là et son accélération est inéluctable.

          Travaillant depuis plus de 15 ans avec les principaux aménageurs du territoire français, publics et privés, j’en tire aujourd’hui la conviction que les freins ne sont pas techniques, organisationnels, ni même économiques. Ils sont principalement pédagogiques ! 

          Beaucoup d’aménageurs méconnaissent encore les enjeux et les atouts de la maquette numérique appliquée à l’aménagement urbain. Beaucoup ne savent pas comment la développer à l’échelle d’une opération d’aménagement, quelles sont les données à importer, les outils à acquérir et les ressources à mobilier. Mise à part l’évidente phase de communication du projet, ils ne maîtrisent pas encore l’éventail des applications et usages qu’ils pourront en faire dans leur quotidien. C’est donc un problème d’analyse de la valeur que comporte la maquette numérique. A valeur limitée, intérêt et enjeux sont réduits.

          Éduquer toute une profession sur des sujets aussi innovants et techniques que la maquette numérique demandera du temps et son développement passera également par une plus grande association des parties prenantes du projet aux processus de conception et une meilleur organisation de la profession. Mais pour ceux qui sont curieux, les visionnaires et les innovateurs, n’attendez-pas ! Formez-vous auprès des experts qui détiennent le savoir-faire et les bonnes pratiques puis outillez-vous ! La maquette numérique modifiera radicalement la perception que vous vous faisiez du projet urbain et changera votre quotidien.

thumbnail_20181205 - Salon des EPL-292

 

 



Stéphane GOURGOUT
Vice-Président/Co-fondateur – Bionatics s.a.

Copyright 2019 – Bionatics s.a. – Tous droits réservés